En chemin vers la libération … NO BRA - Vous en êtes où ? 

 

C’est un phénomène dont on entend parler depuis un moment déjà et qui semble prendre de l’ampleur depuis le confinement. 

 

Nous ressentons toutes le besoin de nous mettre moins la pression, de nous accepter telle que nous sommes. La vie est parfois tellement difficile et pressurisante que nous n’avons pas besoin d’en rajouter. C’est vrai pour toutes les injonctions mentales mais aussi physiques. 

 

Alors pourquoi continuer de porter un soutien gorge alors qu’on entend si souvent qu’il blesse, comprime et nous enferme dans une sensation physique parfois désagréable. 

 

 

Ce que j’en pense :

 

Personnellement, j’adhère au NO BRA et je le pratique, même si je suis une créatrice de lingerie et que ceci pourrait être un risque pour ma marque … bien au contraire, j’y vois une nouvelle opportunité de continuer à nous libérer, nous les femmes. C’est une sentiment nouveau de liberté que nous pouvons ressentir au niveau de nos sensations corporelles. 

 

J’y apporterais cependant quelques nuances et je dirais plutôt : BRA? WHEN I WANT ! 

 

Le NO BRA est un choix mais il n’est pas systématique. 

Tout va dépendre de notre humeur, de notre emploi du temps, de notre cycle, de notre envie d’aller vers plus de liberté. Il faut se poser la question en conscience : ai-je aujourd’hui vraiment envie et besoin de mettre mon soutien-gorge ?

Ne pourrais-je pas juste essayer le NO BRA pour voir comment je me sens ? Finalement, nous nous mettons des barrières souvent nous-même parce "qu’il ne faut pas » , parce que "ça ne se fait pas » , parce que "j’ai peur de soutenir le regard de l’autre » . 

 

C’est un acte assez fort d’affirmation de soi, de sa féminité et aussi une certaine fierté de nous montrer telles que nous sommes en nous détachant du regard des autres. Bref, ne pas porter de soutien-gorge est un choix personnel. 

 

Si nous nous aimons telles que nous sommes, les autres ressentirons notre confiance et notre aura. 

 

 

Voici donc un mode d’emploi du BRA? WHEN I WANT!

 

Cher soutien-gorge, maintenant c’est moi qui décide et il y aura dorénavant les jours ...

 

… où je ne veux pas te voir !

 

…. où j’ai besoin de toi et ça me fait plaisir de t’embarquer dans mon quotidien!

 

Les jours où je te veux avec moi ? sous un débardeur en été , sous un haut transparent toute l'année, parce que je suis en RV d’affaires et que je ne veux pas attirer les regards masculins,  parce que j’ai besoin d’être vraiment maintenue, ça me structure, ça me rassure. 

Il semblerait que l’on puisse se sentir plus conquérante en portant un soutien-gorge … dans certaines situations! 

J’ai aussi toujours le choix de porter un soutien-gorge  sans armature, sans mousse, respectueux de mon corps (à ce propos lisez cet article: cliquez ici)

Le reste du temps j’enfile directement mon top, mon pull et je savoure ce petit vent de liberté, cette victoire personnelle. 

Rapellons nous que nous avons été conditionnée par la société, par notre système éducatif pour porter des soutien-gorges et que ce n’est pas si facile de s’en affranchir.

 

La brassière serait-elle l’alternative ?  

Habituellement , elle était réservée aux sportives ou aux jeunes ados. Elle avait surtout pour effet de plaquer nos seins comme un bandeau et était la plupart du temps en matières synthétique. Aujourd’hui des brassières moins techniques,  plus douces, plus « sexy », font leur apparition pour notre plus grand plaisir. 

 

La brassière offre un confort supplémentaire parce que plus simple de conception et que moins d’accessoires invasifs la compose. Que ce soit pour un cours de yoga ou de pilates, sous un pull à porter comme un top, pour se sentir maintenue lorsque c’est nécessaire ou parce qu’on a besoin ce jour-là de sa légère protection, enfilons comme un t-shirt notre brassière. 

 Ligne Liberté de Simplement

 

Au final nous voulons être libre, nous ne voulons plus être confinée, nous voulons être bien tout simplement, totalement libre en sein nue, habillée avec son soutien-gorge protecteur ou juste bien maintenue dans des brassières respectueuses, qui nous soutiennent plutôt que nous blessent.

N’oublions pas, le sein fait partie de notre corps de femme, pourquoi voudrions le le cacher, le téton en particulier est souvent à l’origine du problème, la taille de notre poitrine peut paraitre hors norme dans un sens comme dans l’autre. Comme si ce n’était jamais assez bien. 

Il y n’a pas deux femmes pareils comme il n’y pas pas deux poitrines identiques c’est bien ça la richesse de la vie : la diversité.  

Alors au final le BRA? C’est  WHEN I WANT! C’est ça la vrai liberté.